Langue :
LIVE - THOMAS 15 EME DU SUPER G OLYMPIQUE- - - - - - - - - - - PHOTOS EN LIGNE- - - - - - -

Dernière modification le 01/04/2012

SKI ALPIN / GEANT FIS A SAINTE-FOY-TARENTAISE

 Mermillod-Blondin est partout !

Par La Rédaction SkiChrono: 31/03/2012

"Après les championnats de Suisse (victoire en slalom, 6e en géant), une semaine tricolore bien remplie à l'Alpe d'Huez (2e en super-G, géant et slalom), Thomas Mermillod-Blondin poursuit sa chasse aux points en fin de saison, lors des deux géants à Saint-Foy-Tarentaise. Le Bornandin a remporté la première course au programme devant Samy Blanc et Sébastien Pichot."



«Mermillod-Blondin pas encore aux points»

Par La Rédaction SkiChrono -  Paru le 17/11/2010 à 16h20

«
Son slalom de Levi aurait pu passer inaperçu. Thomas Mermillod-Blondin (21e) a pourtant réussi un sacré coup en s’invitant en seconde manche avec son dossard 63. Pas un exploit mais déjà une sacrée performance (lire ici sa réaction d'après-course). Certains ont pu s’interroger de voir le Bornandin partir avec un paletot aussi élevé. S’il a clairement le niveau des 30 meilleurs mondiaux – protégés – entre les piquets, « Mermillod » souffre d’un déficit de points FIS en slalom puisqu’il pointe seulement au 82e rang mondial de la spécialité (11,68 points). Malgré quelques tentatives - pas toujours réussies - au printemps dernier pour grappiller quelques précieux points, où Julien Lizeroux et d’autres Bleus avaient parfaitement joué le jeu de sparring-partners, le Bornandin, qui a toutefois remporté le slalom des Arcs, est encore en retrait. Il devra en marquer un maximum lors des courses du circuit Nor-Am (les 27 et 28 novembre avant le week-end de Beaver Creek) et ensuite espérer un « gros coup » en Coupe du monde, pour se rapprocher du Top 30. Pourquoi pas le 12 décembre à Val d’Isère ? Mais il devra sûrement devoir repasser par la case Coupe d’Europe pour avoir des dossards plus « décents » et en rapport avec son niveau… »


«Thomas Mermillod Blondin, l'étoile montante du ski alpin»

L'Essor Savoyard - Géraldine Baehr : Visages des Aravis de novembre 2010

« Début de saison intensif pour Thomas Mermillod Blondin, le champion de ski des Villards-sur-Thônes. Après un mois de préparation intensive début septembre à Ushuaïa, des stages à Val d'Isère et Amneville au début de l'été, il a passé avec succès la première étape de la coupe du monde à Solden début octobre : 7 géants, 8 ou 9 slaloms et 3 ou 4 combinés, le jeune champion a fini dans les 30 premiers.


Du coup, n’y tenant plus, Thomas le dit sans détour « j’ai hâte que la saison commence. C’est quand même une préparation, on skie quasiment toute l’année. On se sent de plus en plus prêt, on a envie de courir, on a bossé pour ça ».
Pour ce qui est du circuit coupe du monde, Thomas s’est fixé quelques objectifs pour la saison, notamment gagner des points et  surtout des places au classement. « Partir devant avec les meilleurs et jouer la gagne ». Il n’y aura en effet que quatre places par nation pour les championnats du monde en Allemagne. Pour la coupe du monde, ils seront neuf français au départ. Thomas Mermillod Blondin, qui fait partie des dix meilleurs skieurs du pays a donc toutes ses chances.
Pour cela, il s’entraîne dur au sein de l’équipe de France et s’impose une hygiène de vie radicale entre les nombreux voyages imposés par la compétition. Ses journées sont minutieusement minutées. « En stage, on n’a pas le temps de s’embêter. L’ambiance est très bonne et saine au sein de l’équipe de France. On se tire la bourre à l’entraînement et ça tire tout le groupe vers le haut. On sait que si on skie vite, chacun dans le groupe a des chances de faire quelque chose en coupe du monde. »
Pour le jeune homme qui a débuté le ski à 3 ans au Grand-Bornand, c’est donc un rêve de gosse qui se réalise. Un rêve qui a bien failli se briser en 2006-2007 après une blessure. « Je me suis investi, mes parents m’ont aidé à trouver un sponsor et j’ai pu faire cette année avec un entraîneur. J’ai appris beaucoup sur moi. Quand on est jeune et qu’on est dans le circuit, on rentre un peu dans une petite routine. On se retrouve face à soi même, on se retrouve autrement. » Thomas mûrit et voit alors les choses autrement : « Je me suis toujours senti capable d’y arriver. C’est à ce moment là que je me suis entraîné dur et je me suis dit oui, je suis capable en regardant les choses en face ». Les pieds sur terre, donc, il savoure ce retour en haut de l’affiche, fort du soutien de sa famille et des membres du très énergique fan club du Grand-Bornand. « Ca ne fait que nous booster. On est hyper contents de les savoir là à nous supporter. Cela fait encore plus plaisir ».
Son expérience olympique début 2010 a enchanté le champion qui fait tout pour poursuivre sa progression pour arriver en 2014 à Sotchi. Alors forcément, les Jeux à Annecy en 2018, « ce serait juste génial ».
A 26 ans, notre homme ne pense pas encore à sa reconversion. « J’aimerais bien être tranquille…
Mais on n’est pas payés comme des footballeurs. J’y pense sans y penser ».
En attendant, entre deux compétitions, stages ou voyages, c’est aux Villards-sur-Thônes que Thomas Mermillod Blondin aime se ressourcer. « Je suis né ici et je pense que je resterai toujours ici ». Les racines sont bien ancrées : famille, amis… « Tout ce petit monde autour de moi qui fait qu’on se sent bien ici ».
Conscient qu’il est un peu privilégié, Thomas Mermillod Blondin garde donc les pieds sur terre et savoure sa chance sans oublier l’essentiel « rester soi même ».
»


Dans cette page sont affichés les impressions des spectateurs, les apparitions dans la presse etc.

Pour mettre un commentaire ici, il suffit de contacter Toinou ou d'ajouter un petit message via facebook ci-dessous !